Nouvelles conditions plus strictes pour toucher l’assurance chômage en étant démissionnaire en 2018 : Macron durcit le système prévu.

Vos avis sur les allocations chômage des démissionnaires : bonne ou mauvaise nouvelle ?



Emmanuel Macron
souhaite plus de mobilité dans le société (flexi-sécurité est le nouveau leimotiv) et c’est ainsi que dès sa campagne présidentielle, ila mis en avant son souhait de proposer les assurances chômage Pole emploi aux personnes qui démissionnent de leur emploi.

Ainsi une fois tous les 5 ans, les travailleurs auraient droits aux allocations Pole emploi même en cas de démission. Mais lors du grand entretient sur TF1, Emmanuel Macron a un peu limité son dispositif : en effet, seuls les démissionnaires ayant un projet auraient droit aux assurances chômage. Il a précisé que celui qui en a assez de son travail, « on ne va pas lui donner comme ça l’accès au chômage ».



Le coût de la mesure du droit aux allocations chômage en cas de démission avaient été évalué à 2,3 milliards par en selon l’institut Montaigne. L’évaluation est compliqué car on ne sait pas combien de salariés pour démissionner pour avoir droit aux aides.


Le Figaro souligne qu’Emmanuel Macron pourrait remplacer la rupture conventionnelle par la fameuse démission …ce qui éviterait aux entreprises de faire un chèque. Dans ce cas, la facture sera beaucoup moins importante