Oup’s Café à Boulogne Billancourt et bientôt à Paris : des plats à 1 euro. Daniel Franco innove et permet à tous de manger pour pas cher. Explications.

Oup's café le resto à 1 euro : les plats pas chers pour la pause déjeuner.  ©All Rights Reserved

Oup’s café le resto à 1 euro : les plats pas chers pour la pause déjeuner.
©All Rights Reserved / Source AFP Relaxnews

Tout à un euro… depuis une semaine, le concept ne s’applique pas seulement aux bazars mais aussi à la restauration rapide, avec le Oup’s Café, qui a ouvert en plein quartier d’affaires à Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine).
Bagels, salades de pâtes et de fruits, carottes rapées, mini-sandwiches, pizzas à la part, viennoiseries, desserts, glaces, boissons, tout ce qui est vendu l’est uniquement à 1 euro l’unité, hormis les bonbons, vendus par lots de dix.
Oup’s, pour « occasion unique à prix sympa », est une nouvelle enseigne imaginée par Daniel Franco, un ancien professionnel de la communication reconverti depuis huit ans dans la restauration rapide et la boulangerie.
« Le plus long a été d’élaborer toutes les recettes en faisant en sorte que le client s’y retrouve pour 1 euro tout en me permettant de gagner de l’argent », a expliqué lundi l’entrepreneur de 43 ans, associé dans l’affaire avec son épouse et son neveu.
Ouvert de 8h à 20h, la boutique mise surtout sur la vente à emporter et propose, outre le déjeuner, des petits déjeuners, des goûters et trouve même une clientèle pour des plats à emporter en soirée.
Pour rentrer dans ses frais, Daniel Franco souligne qu’il est essentiel de tout préparer sur place et de proposer des produits de saison, simples à travailler, tout en espérant pouvoir produire en grande quantité. Par rapport à la moyenne des marges du secteur, le restaurateur explique par ailleurs avoir consenti à une baisse de 50%.
Avec sa devanture colorée et son intérieur convivial, conçu sur le principe du self service, Daniel Franco espère attirer une clientèle de jeunes. Une semaine après l’ouverture, il reconnaît toutefois que toute personne ayant 1 euro en poche est susceptible de franchir le pas de sa porte. Jusqu’ici, le ticket moyen consommé est de 4 euros.
Le concept devrait essaimer d’ici la fin de l’année, avec une dizaine d’ouvertures prévues à Paris et en région parisienne.

Outre des boutiques classiques, Daniel Franco compte ouvrir des kiosques dans le métro, les gares, mais aussi les hôpitaux, voire les centres commerciaux.
« C’est une restauration rapide, intuitive, les gens peuvent rentrer à toute heure de la journée, acheter et repartir, ça prend quelques secondes. ils ont envie de se restaurer à moindre coût tout en ayant le choix des produits », souligne-t-il. Depuis l’ouverture, Oup’s a dépassé son objectif de 200 clients par jour.
Et si l’inflation devait repartir à la hausse, le jeune patron ne voit comme issue que de « travailler sur les produits » et de « baisser encore les marges ».