Les avis sur la revente de cours de fac et Studizen.co : est-ce illégal? Quels risques pour l’étudiant? Les avis et critiques de Studizen.com.

Avis sur Studizen la revente de cours :ça vaut le coup? trop cher ?

Avis sur Studizen la revente de cours :ça vaut le coup? trop cher ? / Capture écran site officiel


La vente de cours de fac notamment prise de notes est en train de s’intensifier, et cela rapporte. Un vrai business se construit, les prix varient de 2 euros à 600 euros les notes. Il existe toujours le bouche à oreilles, Facebook, Le bon coin …mais désormais il y a Studizen.co une boîte qui fait débat.
Ilan Amar le cofondateur de Studizen confie dans Le Parisien qu’il a créé Studizen pour faciliter le quotidien des étudiants. « A l’université il y a des élèves qui ne peuvent pas aller en cours et veulent les récupérer la veille des examens. Il y a aussi ceux qui souhaitent se rassurer en se plongeant dans le contenu pédagogique. On fait rencontrer l’offre et la demande, on simplifie l’échange entre étudiants ».
Il estime que la moyenne des tarifs tournent autour de 5 à 5,50 euros en micropaiement. La demande est forte en médecine, du coup les tarifs sont élevés. Les étudiants sont libres de fixer le prix du cours.

Pour Cassandre Bliot chargée des questions universitaires à l’UNEF, le problème est liée « à la professionnalisation d’un business avec des boîtes privées qui vont se faire de l’argent sur le dos des étudiants. La revente entre étudiants via le bouche à oreille, ça fait partie du folklore universitaire. Mais là avec l’arrivée d’entreprises ça devient une pratique organisée ». Quant à ministre Thierry Mandon, il explique que le business de sociétés de reventes de cours de fac, « moralement ce n’est pas terrible »… c’est un « business de l’illusion ».

La revente de cours est-ce légal ? c’est à la limite de la légalité…mais aucun étudiant n’a a été poursuivi pour « recel de contrefaçon » par le professeur dont est issu le cours si tout est repris à l’identique, car en effet il y a des droits d’auteur explique l’avocat Julien Lacker.
Studizen illégal ? pas vraiment, il confie que s’il agit en tant que « prestataire technique sans éditer le produit, il n’est pas responsable », les choses peuvent se corser s’il a une fonction « éditeur ».

Et vous que pensez vous des sociétés comme Studizen qui propose la vente et l’achat de cours /prises de notes à la fac ? Dossier très complet dans Le Parisien du 11 aout 2015.