François Hollande veut inverser la courbe du chômage en 2016/2017 afin d’être candidat aux présidentielles 2016 : une liste de mesures pour baisser artificiellement le chômage.

Vos avis et commentaires sur le plan Hollande anti-chômage 2016-2017

Vos avis et commentaires sur le plan Hollande anti-chômage 2016-2017 / Capture écran


Lors de ses voeux aux forces économiques le 18 janvier 2016, François Hollande a annoncé une liste de mesures anti-chômage dont le but est de faire baisser les chiffres du chômage « de manière durable et continue ». Le nombre des inscrits en classe A de Pole emploi doit baisser (voir aussi le remaniement du gouvernement 2016 prévu) :

Formation de 500 000 chômeurs

Hollande prévoit d’envoyer près de 500 000 demandeurs d’emploi en formation liée aux métiers d’avenir en tension (exemples : le numérique ou encore la transition énergétique). Cette mesure va permettre de basculer les chômeurs de la classe A vers la classe D. La charge financière serait assurée par les régions notamment.

Prime à l’embauche 2016-2017

Alors q’une baisse de cotisation de charges était envisagée, Hollande se lance dans la prime à l’embauche pour les TPE et PME dont l’efficacité est plus rapide. Prime de 2000 euros pour les pour les PME de plus de 10 salariés et de moins de 250. Le souci c’est la croissance atone qui ne permet pas aux entrepreneurs de se projeter.
Stéphane Carcillo le professeur affilié au département d’économie de Sciences-Po confie dans les Echos : « Les allégements Fillon ont un coût par emploi créé forcément plus élevé puis qu’ils ciblent le stock d’emplois et non le flux de nouvelles embauches. Mais la mesure étant plus pérenne, elle a aussi plus d’impact économique à long terme qu’une prime exceptionnelle ».
Il précise qu’avec le principe de la prime à l’embauche « une partie des emplois créés durant l’année d’exonération est probablement détruite par la suite. »

Relance de l’apprentissage en 2016-2017

François Hollande veut que l’apprentissage monte en puissance, il s’est fixé comme objectif 500 000 le nombre de jeunes apprentis à la fin de son quinquennat. Il doit annoncer selon Le Figaro le développement des titres professionnels, délivrés, par le ministre du Travail (…) pour permettre des entrées en apprentissage tout au long de l’année ». On devrait retrouver des formations plus courtes.

Tout ce plan anti-chômage a un coût de 2 milliards de dépenses mais cela va être compensé ailleurs : la baisse du prix du pétrole permet de « dégager des marges de manoeuvres » mais aussi les organisations syndicales / patronales qui devraient financer 958M d’euros avec le fonds paritaire de sécurisation des parcours professionnels (FPSPP).