Quel est le programme d’Arnaud Montebourg candidat à la présidentielle 2017 côté économie, terrorisme, europe ? Il rejoint ainsi Benoit Hamon ou encore Marie Noëlle lienemann.

Les propositions d'Arnaud Montebourg pour la présidentielle 2017

Les propositions d’Arnaud Montebourg pour la présidentielle 2017


Arnaud Montebourg est candidat à la présidentielle 2017 comme Marie Noëlle Lienemann 2017 qui veut rajouter une 6ème semaine de congés payés notamment.

Le projet d’Arnaud Montebourg ancien ministre de l’économie tient en 25 propositions sur 4 chapitres à savoir : le redécollage de l’économie, le sauvetage de l’Europe au forceps, la lutte contre le terrorisme et la refondation du système démocratique.

Pour relancer l’économie, Arnaud Montebourg souhaite que 20% de l’épargne nationale se retrouve consacrer à l’investissement dans les PME. De plus il veut que 80% des marchés publics de l’Etat, des collectivités locales et des hôpitaux soient réservés aux PME du territoire pendant 8 ans comme le révèle le JDD.

==> proposition Montebourg 2017 contre le chômage : il vise le plein emploi ?
Parmi les autres mesures pour les plus défavorisés :

– création d’une participation dans les entreprises de moins de 50 salariés, ce qui permettrait à plus de 10 millions de salariés d’avoir un petit plus.

– Nouveau dispositif pour que les locataires de logement social HLM puissent en devenir propriétaires avec une baisse de 50% par rapport au prix du marché.

– Annulation des hausses d’impôt décidées pendant les 5 dernières années.

Arnaud Montebourg souhaite abandonner l’austérité et donc l’objectif de 3% comme plafond du déficit public autorisé dans l’union Européenne.
Contre le terrorisme, Arnaud Montebourg explique dans son projet pour l’élection présidentielle 0217 vouloir créer un service national civil ou militaire obligatoire sur une durée de 6 mois (ça concerne les hommes et les femmes).

On ne sait pas pour le moment si Arnaud Montebourg va participer à la primaire PS ou s’il va se démarquer en postulant librement. Un député proche de l’ex ministre frondeur explique au JDD qu’Arnaud Montebourg « joue l’opinion face à l’impopularité de Hollande : c’est une stratégie d’impeachement ».